Home 9 Blog 9 La vie à l’ombre du volcan
Der Wind trägt die Vulkanasche bei einem Ausbruch in die umliegenden Städte. Straßen, Plätze und Dächer müssen gereinigt werden.

La vie à l’ombre du volcan

Cela fait maintenant plus de 40 ans que je vis en Sicile, dans la province de Catane, au pied de l’Etna. Le volcan a marqué ma vie ici dès le début. Je vous raconte maintenant – du point de vue d’une Sicilienne presque authentique – la vie à l’ombre du volcan, la vie avec Mamma Etna, comme les Siciliens appellent leur volcan.

La Sicile telle qu’elle était autrefois

Lorsque je suis arrivée ici pour la première fois en tant que jeune fille, tout était étranger et inhabituel. Des gens bruyants, des petits bus colorés qui sillonnaient les rues et proposaient pratiquement tout, de la nourriture à la lessive en passant par les produits de lessive. Lorsque le petit bus plein à craquer traversait les rues en annonçant son arrivée à grands cris, les ménagères se précipitaient pour faire leurs courses. On y trouvait de tout : des légumes frais, de magnifiques tomates rouge vif, de délicieuses aubergines violet noir, des fruits de toutes sortes, de gros citrons jaune vif, des pêches parfumées, … Le bus avait même chargé des lentilles sèches, des pois et des haricots dans des sacs blancs.

Après que les femmes aient pensé au déjeuner et au dîner, elles ont continué avec du savon, de la lessive, des balais, des seaux, puis le moment le plus divertissant est arrivé. Le bonhomme avait des draps finement brodés pour équiper les futures mariées ! En Sicile, on a toujours accordé une grande importance à ces pièces particulières. On tâte, on évalue, on négocie, et c’est assez long et bruyant.

Aujourd’hui, cela n’existe plus, il n’y a plus de vendeurs de rue qui circulent avec des haut-parleurs. Dans les petits villages, on peut encore voir l’ape, le petit véhicule à trois roues, où l’on propose des légumes et des fruits ou du poisson frais. Il est rare de voir encore des hommes âgés s’accrocher au passé et vendre des sous-vêtements sur leur Ape, mais personne n’achète encore ses sous-vêtements dans la rue aujourd’hui.

Au plus près de l’Etna

C’est à cette époque que j’ai eu la chance non seulement de connaître l’Etna, mais aussi de le vivre pour la première fois. C’était début septembre et il y avait eu une éruption début août. Nous avons dû aller voir cela de près. Je me souviens très bien de la coulée de lave noire et rocailleuse qui traversait la route. Un haut mur fumant ! Avec nos sandales, nous avons essayé de grimper un peu, mais les semelles de nos chaussures se sont dissoutes sous l’effet de la chaleur. C’est là que j’ai compris qu’il fallait respecter le volcan.

Attention : même si la lave est déjà solide et noire, elle est encore très chaude.

Attention : même si la lave est déjà solide et noire, elle est encore très chaude.

Au fil du temps, le volcan m’a souvent surpris, pas toujours en bien. Certes, il est magnifique lorsqu’il entre en éruption et projette de la lave rouge et incandescente dans les airs, mais il est aussi effrayant.

La vie à l’ombre du volcan : Cendres, cendres, cendres

Une grande éruption est généralement annoncée par des roulements de tonnerre bruyants et des claquements de portes et de fenêtres. On regarde dehors et on scrute le ciel à la recherche de signes d’un orage imminent. Mais si l’on regarde en direction de l’Etna, on peut voir une fumée sombre s’échapper de la bouche du volcan jusqu’à ce que la lave soit projetée dans les airs. Celle-ci est accompagnée de cendres et de pierres.

Si nous avons de la chance et qu’il n’y a pas de vent, tout ce qui se trouve à proximité du cratère tombe. Mais la plupart du temps, un énorme nuage noir se forme et est poussé par le vent dans différentes directions. Une prière spontanée sort alors de nos bouches : s’il vous plaît, pas dans ma direction !

Car si l’on n’a pas de chance, il pleut des cendres et des petits cailloux qui recouvrent tout en un clin d’œil. Les rues, les places, les toits, les balcons, tout est très vite recouvert d’une épaisse couche grise. Les jardins verdoyants deviennent noirs et les fines cendres pénètrent dans les maisons et les appartements et s’incrustent partout.

Cendres volcaniques dans les rues et sur les places de Zafferana Etnea

Les rideaux blancs deviennent gris et le sol et les meubles ont l’air de ne pas avoir été dépoussiérés depuis des semaines. Si l’on est en voiture, il faut vite relever toutes les vitres, sinon on respire les fines cendres. Parfois, les petits cailloux sont si gros qu’ils laissent des bosses sur les voitures. On dirait qu’il grêle.

Il arrive souvent que l’aéroport de Catane doive être fermé parce que les pistes d’atterrissage sont recouvertes de noir ou parce qu’il est trop dangereux de voler à travers les nuages de cendres. Les passagers sont alors envoyés à Palerme.

La vie à l'ombre du volcan signifie aussi : enlever les cendres des toits, des rues et des places, des trottoirs, ...

L’éruption de 2002 – l’éruption parfaite

Je n’oublierai jamais l’automne 2002 ! En octobre, les éruptions ont commencé, accompagnées d’énormes quantités de cendres. Jusqu’en janvier 2003, nous n’étions dehors qu’avec un masque, une casquette et des lunettes. Chaque jour, on pouvait balayer sans arrêt. Les sacs remplis de cendres s’accumulaient dans chaque rue et étaient ramassés par la commune. Si en plus il pleuvait, c’était un cauchemar. Le soir, quand on se déshabillait, malgré toute la protection, on avait des petits cailloux dans les cheveux et même dans le slip.

Ce fut une période éprouvante, mais malgré tout accompagnée de vues uniques sur le volcan. Tout a commencé le 26 octobre, annoncé par de nombreux tremblements de terre. Une longue fissure s’est ouverte sur le côté nord-est de l’Etna, d’où s’échappaient de grandes quantités de lave et d’énormes quantités de cendres et de pierres. Le 13 novembre, une nouvelle fissure s’est ouverte sur le côté sud et le 21 novembre, un troisième nouveau cratère est venu s’y ajouter, à 2750 mètres d’altitude.

Pour en savoir plus sur le déroulement de cette éruption, cliquez ici : Eruption de 2002 et 2003

C’est la plus grande éruption de ces 100 dernières années, on l’appelle l’éruption parfaite. Pour nous, les habitants, cela a été synonyme de travail et d’ennuis, mais je n’avais encore jamais vu un tel spectacle naturel ! Lorsque l’on roulait sur l’autoroute et que l’on tournait le regard vers l’Etna, on avait l’impression que le volcan se dissolvait. D’innombrables rivières rouges et fumantes s’écoulaient sur ses pentes, je n’en ai jamais vu autant en une seule fois ! De ma chambre à coucher, je pouvais voir l’Etna et de mon lit, j’admirais chaque nuit les explosions enflammées qui coloraient le ciel en rouge.

Vous pouvez voir des images impressionnantes mais aussi effrayantes de l’éruption de 2002 et 2003 dans ce documentaire de l’INGV : Documentation sur « l’éruption parfaite » de l’INGV (Institut national de géophysique et de volcanologie) sur YouTube

La vie à l'ombre du volcan est aussi synonyme de destruction : en 2002, le centre touristique de l'Etna Nord a été entièrement détruit par les coulées de lave.

Vivre à l’ombre du volcan signifie aussi toujours détruire : en 2002, le centre touristique Etna Nord a été entièrement détruit par les coulées de lave. Le nouveau centre touristique de Piano Provenzana, que vous voyez sur la photo, a ensuite été reconstruit sur les coulées de lave.

 

Aujourd’hui, je ne vois malheureusement plus l’Etna, car un marronnier a poussé très haut et couvre la vue. Mais je regarde chaque jour dans sa direction, car je veux savoir s’il souffle paisiblement ou s’il prépare une éruption majeure.

L’Etna est une constante importante dans nos vies. Nous le craignons, mais en même temps, nous l’admirons et l’aimons.

 

Tour du cratères nord

Découvre toi aussi l’éruption de 2002 lors de notre tour des cratères du Nord :

  • Randonnée le long de la coulée de lave de 2002.
  • Ascension vers les immenses cratères de 2002. Du bord du cratère, nous observons l’énorme étendue des cratères et des coulées de lave.
  • Flux de lave des éruptions de 1911 et 1923
  • Désert de lave noire : des cendres, des bombes de lave, des cratères et des rivières de lave à perte de vue.
  • équipés de casques et de lampes de poche, nous découvrons un tunnel de lave.
Chatte sur WhatsApp !
Scan the code