EtnaWay - Etna Touren, Trekking, geführte Wanderungen
[lwp_divi_breadcrumbs link_color= »#FFFFFF » separator_color= »#FFFFFF » current_text_color= »#FFFFFF » disabled_on= »on|on|on » _builder_version= »4.21.0″ _module_preset= »default » module_text_align= »center » module_font_size= »1rem » module_line_height= »1.2rem » text_orientation= »center » custom_margin= »0px||0px||true|false » custom_padding= »0px||5px||false|false » custom_padding_tablet= »0px||5px||false|false » custom_padding_phone= »0px||5px||false|false » custom_padding_last_edited= »on|desktop » disabled= »on » locked= »off » global_colors_info= »{} »][/lwp_divi_breadcrumbs]
[lwp_divi_breadcrumbs link_color= »#FFFFFF » separator_color= »#FFFFFF » current_text_color= »#FFFFFF » disabled_on= »on|on|on » _builder_version= »4.21.0″ _module_preset= »default » module_text_align= »center » module_font_size= »0.9rem » module_line_height= »1rem » background_color= »#1C1C1C » text_orientation= »center » custom_margin= »0px||0px||true|false » custom_padding= »0px||5px||false|false » disabled= »on » locked= »off » global_colors_info= »{} »][/lwp_divi_breadcrumbs]
[lwp_divi_breadcrumbs link_color= »#FFFFFF » separator_color= »#FFFFFF » current_text_color= »#FFFFFF » _builder_version= »4.17.6″ _module_preset= »default » module_text_align= »center » module_font_size= »0.9rem » module_line_height= »1rem » text_orientation= »center » custom_margin= »0px||0px||true|false » custom_padding= »0px||0px||true|false » global_colors_info= »{} » theme_builder_area= »et_body_layout »][/lwp_divi_breadcrumbs]
Ätna Nordkrater Tour

Éruption de l’Etna octobre 2002 / janvier 2003

Dans cet article, nous vous parlons de l’éruption de 2002, un événement exceptionnel au cours duquel deux systèmes éruptifs sont actifs en même temps, l’un sur la face sud et l’autre sur la face nord de l’Etna.

Un peu plus d’un an s’est écoulé depuis l’éruption spectaculaire de 2001 lorsque, le 26 octobre 2002, un spectacle gigantesque commence à nouveau.

Au cours de la soirée, quelques essaims sismiques se produisent dans la zone des cratères du sommet et sur le versant nord-est, endommageant les structures situées à proximité des installations de ski de l’Etna Nord. Quelques heures plus tard, deux bouches s’ouvrent sur le versant sud de l’Etna, au sud du refuge Torre del Filosofo (« Tour du philosophe »), à une altitude de 2750 mètres. Des fontaines de lave de 100 à 200 m de haut donnent le signal du début d’une nouvelle éruption.

Au petit matin, une autre bouche s’ouvre un peu plus bas et, presque simultanément, une longue série de failles s’ouvre du côté nord, exactement le long de la faille de Pernicana, ou rift nord-est.

A plus de 5 km l’un de l’autre, deux systèmes éruptifs sont donc actifs, l’un sur le côté sud et l’autre sur le côté nord, incroyable, il semble que « a Muntagna » (comme les Siciliens appellent leur volcan) se divise littéralement en deux.

Activité sur le côté nord

Côté nord, une série de failles est répartie sur une ligne aux dimensions impressionnantes, entre 2050 et 2470 mètres d’altitude, sur une longueur d’environ trois kilomètres. Peu après 4 heures du matin, entre des bouches plus ou moins grandes, nous pouvons compter jusqu’à 25 panaches de fumée provenant de la crête à l’ouest de Piano Provenzana. Une fissure de cette taille dans le sol, qui s’est formée exactement sur la faille nord-est, constitue une voie de sortie très facile pour la lave, qui s’est par conséquent déplacée très rapidement.

Les premières coulées de lave bifurquent d’un déversoir de lave à environ mi-hauteur de la ligne de fracture, à 2350 m d’altitude, traversent les pistes de ski et atteignent le centre touristique de l’Etna Nord. Même de la partie la plus basse de la faille jaillit une coulée de lave aux dimensions impressionnantes. Les coulées de lave se ramifient dans différentes directions, mais parmi toutes, celle qui trouve le meilleur chemin et qui avance donc plus vite est malheureusement celle qui s’écoule en direction de Piano Provenzana, et c’est ainsi que l’hôtel Le Betulle et des dizaines de boutiques de souvenirs sont emportés en seulement 10 heures.

L'hôtel Le Betulle, entièrement détruit par la lave en 2002

C’est tout ce qu’il reste aujourd’hui de l’hôtel Le Betulle, qui comptait deux étages.

Les hommes de la protection civile ne peuvent qu’assister, impuissants, à la progression inexorable de la coulée de lave qui engloutit tout sur son passage ; ils ne peuvent que contenir les différents incendies qui se développent dans la pinède de Ragabo (Pineta Ragabo), qui aura perdu 250 hectares de pins laricio de l’Etna (Pinus Nigra Larix) à la fin de l’éruption.

La coulée de lave qui a détruit tout le centre touristique de Piano Provenzana en 2002

Sur l’image ci-dessus, vous voyez la coulée de lave qui a détruit tout le centre touristique de Piano Provenzana en 2002. Le nouveau centre a ensuite été reconstruit sur la coulée de lave.

Pendant cette activité, ce qui a été appelé plus tard la boutonnière de 2002 a déjà commencé à se former, une fantastique série de cratères alignés le long du rift nord-est, qui s’intègrent bien dans les nombreuses boutonnières qui se sont formées au fil des siècles sur ce versant agité.

L’activité se poursuit pendant 10 jours à une vitesse considérable, environ un kilomètre par jour, ce qui inquiète la population de la ville de Linguaglossa ; quelques barrages sont construits pour tenter de ralentir la progression de la lave, mais sans grand succès. Un autre a été construit à 1100 m d’altitude et on espérait qu’il pourrait sauver la ville en déviant la coulée de lave vers le nord-ouest.

Le 7 novembre, la lave stoppe cependant sa progression à une cinquantaine de mètres de la digue artificielle nouvellement construite, épargnant ainsi tous les champs et jardins situés derrière, ainsi que les zones habitées situées à environ 5 kilomètres.

Activité sur le côté sud

Sur le versant sud, non seulement les fontaines de lave offrent un spectacle, mais il se produit également une activité phréatomagmatique explosive (la lave entre alors en contact avec de l’eau qui se réchauffe brusquement, multipliant ainsi son volume). Les jours suivants, les colonnes de cendres s’élèvent vers le ciel et sont transportées par les vents. Les premières coulées de lave commencent à se former et se poursuivent vers le sud en direction du Monte Nero degli Zappini.

Tremblement de terre du 29 octobre 2002 ou tremblement de terre de Santa Venerina

Le matin du 29 octobre, 51 événements sismiques viennent s’ajouter à la poursuite des éruptions de part et d’autre. Le plus fort d’entre eux, d’une magnitude de 4,4 sur l’échelle de Richter, a son épicentre à Santa Venerina, où il provoque d’importants dégâts. Les villes de Zafferana Etnea, Milo, Sant’Alfio, Acireale se trouvent également dans son champ d’action. Heureusement, il n’y a pas de victimes. La protection civile travaille à la gestion de la situation d’urgence, installe des camps de tentes et sécurise les structures peu sûres.

Le 29 octobre n’est pas un bon jour pour la population d’une grande partie de l’est de la Sicile. Il semble que l’Etna veuille enterrer Catane et une partie de la Méditerranée. La colonne de cendres s’élève à environ 12 km, les vents d’altitude venant du nord les emportent vers le sud, en direction de Catane, de Malte, des îles grecques et de la côte libyenne.

Les villages de l’Etna et Catane sont aux prises avec une pluie de cendres qui recouvre tout, des toits des maisons aux cultures maraîchères, des routes aux plages. Les dégâts sont importants dans l’agriculture, mais la situation n’est pas non plus facile en ville. Les cendres recouvrent tout, obstruent les puits et les caniveaux, les routes sont fortement perturbées car le sable rend la chaussée glissante. La population est obligée d’utiliser des parapluies, des chapeaux, des masques pour se couvrir le nez et la bouche, l’aéroport de Catane est fermé et le trafic aérien est suspendu ou détourné dans toute la région, cela ressemble à une apocalypse.

Dans les jours qui suivent, la production de cendres commence à diminuer sensiblement et le 31 octobre, les vents commencent à emporter les cendres vers le nord-est, ce qui entraîne la fermeture de l’aéroport de Reggio Calabria.

Pendant une dizaine de jours, l’activité explosive des deux bouches se poursuit à une altitude de 2750 m, mais les coulées de lave commencent à ralentir leur vitesse.

Le 12 novembre, l’émission de cendres ralentit et l’activité explosive se transforme principalement en activité strombolienne.

Le 13 novembre, une augmentation du trémor volcanique annonce la formation d’une nouvelle cheminée éruptive au pied du cône de scories, à une altitude de 2700 m, qui donne naissance à une nouvelle coulée de lave.

Le 15 novembre, une bouche éphémère s’ouvre et continue d’alimenter le flux qui atteint une altitude de 2180 m, mais l’émission de cendres provient toujours de la bouche située à 2750 m d’altitude.

Le 21 novembre, un autre gouffre s’ouvre, faisant craindre le pire pour le cœur du centre touristique de l’Etna Sud, si bien que l’intervention de l’armée est demandée. En collaboration avec certaines entreprises privées, des digues ont été construites, comme les rives d’un lit de rivière mais dans ce cas en lave, pour protéger les bâtiments épargnés par l’éruption de 2001 : le refuge Sapienza, la station de téléphérique et le centre de services de la commune de Nicolosi.

Les 23. et 24 novembre, de nouveaux essaims sismiques ont été enregistrés autour de la zone éruptive et deux bouches, qui s’étaient formées au début de l’éruption puis avaient cessé leur activité, ont été réactivées. Le front de lave atteint une altitude de 1900 mètres.

Fin novembre, le courant descend jusqu’à 1 800 mètres d’altitude et provoque plusieurs incendies sur son passage à travers la végétation.

En décembre, les flux avancent lentement, jusqu’au 10e jour, tandis que l’émission de cendres du cratère se poursuit à une altitude de 2750 mètres. À sa base, deux bouches effusives s’ouvrent et forment un nouveau courant. Pendant ce temps, l’activité strombolienne du cratère se poursuit à 2800 mètres d’altitude.

Le 12 décembre, les coulées de lave atteignent la fin des pistes de ski au Rifugio Sapienza.

Dans la nuit du 16 décembre, la lave déborde du talus et détruit le centre de services de Nicolosi et le restaurant Esagonal.

Par la suite, les explosions de cendres provenant du cratère situé à 2750 m d’altitude et l’activité effusive se poursuivent, mais diminuent progressivement pour cesser totalement en un mois et demi, jusqu’au 29 janvier 2003.

L’émission de cendres de lave et de lapilli de cette éruption est estimée à environ 160 millions de mètres cubes. Les cratères formés sur le côté sud sont appelés cratères Barbagallo. Elles culminent aujourd’hui à près de 3000 mètres. Malheureusement, le célèbre refuge Torre del Filosofo a lui aussi payé cher la formation de ces nouveaux cratères de Barbagallo. Elle est complètement ensevelie sous les gravats, et seule une petite partie de l’antenne reste visible, du moins pour quelques années encore.

Mais c’est une autre histoire…

Cratère Barbagallo

Chatte sur WhatsApp !
Scan the code